Mediakwest – Followatch, suivez le guide (20/08/2015)

Watch the article

Les guides de programmes vont, viennent, meurent… mais sont relativement basiques par rapport à un magazine papier traditionnel. #Followatch est un rang au-dessus de ce qui existe. Il donne une nouvelle dimension à l’EPG en recueillant le Buzz mais aussi en le créant.

#Followatch a fait le pari de développer un guide de nouvelle génération, qui prend en compte les réseaux sociaux dans son ADN. Grâce à un moteur de gestion de tweets innovant et à une interface Twitter native, #Followatch permet de voir en temps réel quels sont les programmes dont on parle le plus. La recommandation comme élément de base et déterminant dans le choix de sa grille de programme. #Followatch est aussi l’unique guide TV à proposer le référencement de chaînes YouTube pour répondre aux besoins des consommateurs avides de contenus originaux.

 

Une rencontre

Avant tout, #Followatch est une aventure humaine d’entrepreneurs qui ont une connaissance aiguisée du secteur des médias, de l’audiovisuel, de la télévision. #Followatch a été fondé par Patrick Escande, qui a une compréhension des groupes médias et a travaillé, entre autres, chez NRJ, Vivendi (Canal+, AlloCiné)… En 2012, il décide de créer sa propre société, #Followatch. « Je trouvais que l’offre de VOD et SVOD apportait peu de contenus différenciateurs par rapport à la TNT.  Mais il manquait un bon guide TV, basé sur la recommandation sociale, pour valoriser la richesse des contenus disponibles gratuitement. Par ailleurs, sur la partie expérience utilisateur, nous étions conscient que Twitter avec ses hashtags est compliqué pour le grand public. Avec #Followatch, nous simplifions l’accès aux Live Tweets pour les non-initiés. Et nous allons même au-delà de Twitter, nous prenons en compte tout le bruit médiatique qu’il peut y avoir lors d’un programme télévisé », insiste Patrick Escande. Pendant 24 mois, Patrick Escande développe la société sur ses fonds propres puis, fin 2014, il procèdé à une levée de fonds. Parmi les nouveaux actionnaires, Laurent Esposito.

Laurent Esposito a une connaissance affutée des médias, des réseaux sociaux. Il a obtenu des succès remarquables, notamment avec le développement digital du guide Télé-Loisirs au sein de Prisma Média, puis quelques années plus tard des chaînes de la TNT Direct 8 et Direct Star, des sites de Direct Matin et de Jean-Marc Morandini quand il rejoint Bolloré Média. Lors de la reprise des chaînes par le groupe Canal+, Laurent Esposito a pris la Direction des Nouveaux Contenus de D8 et D17. Il a ainsi mis en place des dispositifs réseaux sociaux et web autour de l’émission Touche Pas à Mon Poste ou pour le « reboot » de La Nouvelle Star. Toutefois, une fois cette transition effectuée, il décide de revenir à ses fondamentaux : « J’ai eu envie de reprendre une forme de liberté, j’étais arrivé au bout de mes missions et je me suis lancé dans une nouvelle aventure entrepreneuriale. #Followatch a un potentiel énorme, notre complémentarité avec Patrick est déterminante », précise-t-il.

 

#Followatch et le Big Data

Les fondateurs de #Followatch ont une maîtrise de l’expérience utilisateur, un postulat nécessaire pour créer des guides TV attrayants. Toutefois l’interface graphique n’est que la partie émergée de l’iceberg, car en fait la véritable force de l’entreprise est la gestion des données. #Followatch est capable en effet d’interpréter le scan du Big Data lié aux réseaux sociaux. Parmi les sujets importants qui intéressent Followatch, on trouve notamment le Sport et le Cinéma.

Il existe certes beaucoup de guides TV, mais nombreux sont ceux qui ont une durée de vie éphémère et qui n’apportent pas de véritable valeur ajoutée. « Nous avons un panel important pour réaliser des études, et nous ne nous limitons pas à Twitter qui en fait ne représente que 20 % des outils et applicatifs de recommandation. Ces informations nous permettent de proposer du conseil aux producteurs de contenu et, de manière plus large, à l’ensemble des acteurs de la chaîne audiovisuelle. Nous pouvons également développer des applications second écran », remarque Laurent Esposito.

« En aidant les producteurs à créer de l’audience sur les réseaux sociaux, nous les aidons à valoriser leur contenu. Nous leur disons que s’ils veulent que leur format leur appartienne, il faut lui donner une valeur, et plus ils auront de followers plus il aura de valeur. Les grosses chaînes ont des équipes Digital qui peuvent jouer ce rôle mais les chaînes plus petites n’ont pas ces ressources et donc nous pouvons les aider à développer leur communauté. Le but est de transformer cette communauté en abonnés, ou à l’inverse de parler aux abonnés pour leur dire ce que fait la chaîne pour eux », poursuit Patrick Escande.

 

Be Social

Le guide de programmes #Followatch, outre la grille classique par chaîne, propose une version « sociale » qui permet de faire remonter le contenu via la dimension sociale. La société est ainsi à même d’accompagner les annonceurs pour créer du contenu spécifique. #Followatch est également producteur de contenu autour des programmes diffusés chaque soir à la TV, ce qui lui permet d’avoir une notoriété, de créer du buzz et de permettre ainsi à des internautes de s’engager auprès de la marque #Followatch. « En facilitant l’engagement des personnes sur notre site nous développons un CRM appliqué au monde de la télévision, nous avons un baromètre en temps réel de ce qui fonctionne ou pas. Nous pouvons donc travailler avec les agences médias ou les régies publicitaires et leur indiquer précisément sur quelles émissions TV une marque peut  de l’engagement par affinité avec les téléspectateurs actifs. Par ailleurs, au travers de notre application guide TV, nous facilitons l’accès aux programmes quel que soit le canal de diffusion, dont le Replay ».

La société comporte 12 personnes dont 6 dédiées à la R&D. L’application est disponible sur iOS (iPad, Smartphone) et Android, elle est développée en HTML5 et peut fonctionner sur des TV Connectées.

En termes de revenus, la société travaille sur trois niveaux dont l’audience mais ce n’est pas pour tout de suite car pour le moment les téléchargements de l’application restent faibles. Le second axe est la commercialisation du guide programme en marque blanche à des opérateurs français ou étrangers. Enfin le dernier axe est la commercialisation des CRM (Big Data – TV). Le mode hybride  de la société, qui travaille sur le BtoC et le BtoB, devrait permettre d’arriver plus rapidement à l’équilibre.